450 619-6006
1, boulevard de Sardaigne, local 104, Candiac
Voir nos conseillers en voyages
450 619-6006
1, boulevard de Sardaigne, local 104, Candiac

Le mont Fuji et 3 autres monts à explorer absolument au Japon

About Japan

La France a la tour Eiffel. Les É.-U. ont la statue de la Liberté. Et le Japon a une icône visuelle entièrement naturelle : le mont Fuji. 
L’archipel japonais fait partie de la ceinture de feu du Pacifique. Les chaînes de montagnes volcaniques forment l’épine dorsale des îles japonaises, et les montagnes ont revêtu une immense valeur culturelle et spirituelle au cours des derniers millénaires.
Presque chaque centre de population est associé à une ou plusieurs montagnes, où des forêts de bambous, de cyprès japonais ou d’érables ainsi que des champs de fleurs sauvages, comme les azalées, ont permis aux Japonais de communier avec la nature. 
La culture japonaise a une pratique bien à elle : le shinrin-yoku, ou « bain de forêt » (soit la sylvothérapie), qui consiste à interagir avec les espaces naturels et de la forêt dans le but d’en tirer des bénéfices physiques et spirituels. Les bains de forêts sont presque toujours associés aux terrains montagneux.  


Fuji-san

L’ancêtre de tous est le mont Fuji. D’autres sommets portent des noms tels qu’Asama-yama, où le mot yama signifie « montagne » (en français nous dirions « mont Asama »), mais jamais vous entendrez « Fuji-yama ». Fuji ayant une nature presqu’humaine dans le tissu de la culture japonaise, c’est le titre honorifique personnel de Fuji-san qui lui a été accordé. 

Avec une altitude de 3 776 mètres (près de 12 500 pi), son sommet est le point culminant du pays. Sa forme est spectaculaire, relevant d’une symétrie conique quasi parfaite, et au pic fabuleusement enneigé près de la moitié de l’année. Contrairement à de nombreuses montagnes au Japon, le mont Fuji s’élève à partir de plaines sans relief, ce qui lui permet d’être parfaitement contemplé de divers points d’observation.  


Situé à seulement 100 km au sud-est de Tokyo, le mont Fuji a acquis une grande importance nationale lorsque Tokyo est devenue la capitale du Japon il y a des centaines d’années. Des poèmes ont été rédigés louant sa beauté, qui a fasciné d’innombrables générations d’artistes japonais. Le mont Fuji est devenu l’une des premières icônes du Japon pour les autres pays et l’Ouest. 

Fuji-san est considérée comme une montagne sacrée au Japon, et depuis des siècles, les gens y ont fait des pèlerinages jusqu’au sommet.  

Des centaines de milliers de Japonais grimpent Fuji chaque année, et de nombreux touristes se joignent à eux pour vivre l’expérience. Il existe un bon nombre de sentiers pour se rendre au sommet et chacun d’eux donne accès à 10 stations. La plupart des randonneurs commencent l’ascension à la 5e station, le long de la route Fuji Subaru, puisque c’est le plus haut et dernier point accessible en voiture.  

On peut aussi voir l’ascension du mont Fuji d’un point vue de voyage purement « actif », pouvoir dire que l’on a réussi à atteindre le point le plus haut du pays et pour profiter de l’expérience et d’une vue unique au sommet. 

Mais, pour vivre l’expérience spirituelle que recherchent les Japonais, faites comme font ces derniers, soit de participer à une randonnée de nuit d’environ 7 heures pour atteindre le sommet avant tout le monde et accueillir les premiers rayons du soleil qui illuminent la cime du mont. Le lever du soleil est très symbolique dans la culture japonaise, d’où la dénomination de « l’empire du Soleil-Levant ».   

L’approche spirituelle donne tout leur sens aux anciens sanctuaires et maisons de thé, aux singes de pierre qui gardent l’entrée du sentier principal Yoshida, et les monuments que l’on peut apercevoir à chaque station historique sur le chemin vers le sommet, bâtis par un groupe de fidèles du Fuji-ko.

Le mont Asama, Nagano

Il s’agit de l’un des volcans les plus actifs du Japon. On peut presque toujours voir la fumée qui s’échappe du mont Asama dans les Alpes japonaises du nord, dans la préfecture hôte des Jeux Olympiques d’hiver de 1998.  

L’un des avantages à faire l’ascension du mont Asama est de pouvoir commencer – comme la plupart des randonneurs – depuis la chic ville boisée de Karuizawa, un lieu de retraite très populaire durant l’été. La famille impériale du Japon y a sa résidence d’été, tout comme d’autres membres de l’élite japonaise ayant suivi le pas, ce qui en fait une destination vacances branchée et idéale pour ceux qui désirent échapper à la chaleur étouffante de l’été de Tokyo. 

L’ascension de 4 heures vers le sommet vous fait traverser des forêts fraîches et denses au bas du volcan pour vous emmener jusqu’au-dessus de la limite forestière où le panorama s’ouvre d’une façon spectaculaire devant vos yeux. Après votre randonnée, une source d’eau chaude naturelle vous attend au point de départ du sentier; c’est le moyen idéal pour soulager toutes douleurs musculaires dans l’air frais des montagnes à 2 000 mètres d’altitude ! 


L’un des événements les plus marquants à être survenu au mont Asama est l’éruption volcanique massive de 1783. En plus du temple bouddhiste érigé en la mémoire de ceux qui y ont péri, le champ de lave est maintenant un parc. Le site ressemble à un décor de film de science-fiction, avec des sentiers qui traversent une sombre « forêt » de formations de lave abruptes et offre en toile de fond de superbes vues du volcan. Le parc volcanique porte le nom mémorable d’Onioshidashi, que l’on pourrait traduire par « endroit où les démons ont émergé de la terre ». 

Les montagnes de Shiretoko, Hokkaidō 

Tandis que les régions méridionales du Japon sont tropicales, sa préfecture insulaire septentrionale, Hokkaido, est comparable à la Russie et l’Alaska et se trouve à une distance similaire au-dessus de l’équateur.  

Les montagnes de Shiretoko sont l’attrait principal du parc national, connues pour sa beauté intacte, sa grande variété d’espèces sauvages et ses glaces de mer à la dérive, sur lesquelles les visiteurs peuvent faire des excursions durant l’hiver. Le long de la péninsule, de braves touristes marchent le long de la péninsule sur un semblant de tapis de glace à la dérive, avec quelques saucettes polaires ici et là !  


Le parc est parsemé de sources thermales, et l’une d’entre elles est la très spéciale chute d’eau chaude volcanique de Kamuiwakka. Ce phénomène naturel se trouve à la tête de la rivière et peut seulement être exploré à pied. Les visiteurs pataugent dans des eaux chaudes dont la température augmente au fur et à mesure qu’ils remontent la rivière. En franchissant les chutes et remontant le courant, vous aurez l’impression de découvrir des terres inexplorées et mystiques d’un vert émeraude, avec comme récompense à la fin du trajet la source de cette douche chaude appelée « l’eau des Dieux » en aïnou (langue traditionnelle locale).  
 

Le mont Aso, Kumamoto 

Le plus grand volcan actif du Japon a l’air bien calme, couvert d’une lisse couche verte ondulée à l’apparence d’un immense tapis de feutre. L’impressionnante caldeira de plus de 100 km du mont Aso est la plus grande au monde, et cache même plusieurs autres petits volcans à l’intérieur. 


Comme pour la plupart des autres volcans actifs japonais, vous devez vous renseigner sur les prévisions d’éruption avant de partir si vous désirez faire de la randonnée, car les sommets du mont Aso sont parfois fermés pour des raisons de sécurité. Des tours d’hélicoptère sont aussi un moyen très populaire d’observer le cratère fumant du volcan, et vous pouvez toujours trouver une foule d’informations relatives à l’activité volcanique et au statut de divinité du volcan au musée du volcan Aso à proximité.  

En voyageant dans la région, vous aurez la chance de voir le bovin local, le boeuf Akaushi, connu gastronomiquement pour son wagyū de qualité supérieure (bœuf de Kobé), qui erre librement dans les plaines. C’est l’un des rares endroits au Japon où il est possible de se promener à dos de cheval le long des sentiers qui serpentent le pittoresque paysage. Si après votre séance d’équitation vous avez les muscles un peu endoloris, ne vous inquiétez pas ! Là où il y a de l’activité volcanique, il y a de nombreuses sources thermales, et vous en trouverez deux à l’intérieur même du cratère du mont Aso !  
 
Les Japonais, tout comme les cultures des montagnes à travers le monde, associent les sommets, l’air frais des montagnes et les activités de plein air à la pureté et le bien-être. À la suite d’une pandémie mondiale comme celle que nous venons de traverser, les escapades dans les montagnes ont pris tout leur sens, et au-delà. Un voyage au Japon au cours duquel on se laisse porter par les expériences alpines tant vénérées, s’avère le parcours spirituel et de bien-être tout indiqué pour notre époque.  

#rêvezetvoyagezbientôt

Images du mont Fuji fournies par le JNTO;
Images du mont Asama fournies par le JNTO; 
Image des chutes de Kumuiwakka fournie par le JNTO;
Image du mont Aso : Tom Vining, Unsplash.

© BestTrip.TV/Influence Entertainment Group Inc ou détenteur de droits. Tous droits réservés. Vous êtes autorisé à partager le contenu de cette page, mais sa publication, diffusion, réécriture ou redistribution est interdite. 

Hâte de partir?
Recevez nos meilleures offres par courriel!

check